COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Le château de Versailles choisit de nouveau l’académie équestre de Bartabas 

Le jeudi 22 novembre 2018, le conseil d’administration de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles a renouvelé, après délibération, l’autorisation d’occupation temporaire du domaine public (AOT) à l’Académie équestre nationale du domaine de Versailles au titre des espaces de spectacles et de formation équestres. 

Le château de Versailles confirme ainsi sa volonté de mettre en valeur la Grande Ecurie du Roi autour de sa fonction première avec la galerie des Carrosses (restaurée et ouverte au public en 2016 grâce au mécénat de la Fondation Michelin) et la poursuite de la collaboration avec l’Académie équestre nationale du domaine de Versailles. 
 
En conclusion à l’appel à projet publié le 7 août 2018, lequel a donné lieu à la réception de deux offres, l’établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles a retenu l’offre présentée par l’Académie équestre de Versailles.  
 
Pour une durée de 7 ans, l’Académie équestre, dirigée par Bartabas, développera les activités suivantes au sein de la Grande Ecurie du roi et du Manège : 
– L’exploitation d’une académie de formation au spectacle équestre,
– L’organisation de spectacles permanents (in situ et hors les murs)
– L’organisation de visite des écuries,
– Un campus destiné à l’hébergement des élèves   écuyers et  des professeurs de l’Académie. 
Créée en 2003 par Bartabas, au sein de la Grande Écurie du château de Versailles, l’Académie équestre nationale du domaine de Versailles est un corps de ballet unique au monde.

 

« Je voulais créer une école ; une école d’un genre nouveau, une sorte de compagnie-école où s’inventerait une philosophie du ‘vivre ensemble’, une école où les chevaux nous apprendraient à travailler en harmonie, dans le respect de l’autre, une école en perpétuel mouvement, sans règles pré-écrites, sans cursus, sans diplôme.
J’ai imaginé cette Académie comme une école de haut niveau, capable de former des cavaliers artistes, mais qui serait aussi un lieu d’épanouissement, un lieu où se façonnent de belles personnes. Je n’envisageais pas que l’acte de transmettre se résume à communiquer à d’autres sa technique ou son savoir-faire. Pour cela, et c’est la profonde originalité de l’Académie, chaque écuyer reçoit un enseignement complet basé sur la danse, l’escrime artistique, le chant, l’arc traditionnel japonais, en complément du travail à cheval.  (…) »
Extrait du Manifeste pour la vie d’artiste de Bartabas