Communiqué de presse


renaissance du bosquet de la reine

une nouvelle campagne d’adoption

Le château de Versailles invite le public à participer à une campagne d’adoption pour la renaissance du bosquet de la Reine. Création atypique des jardins, c’est le seul bosquet dont la célébrité et la richesse résidaient dans ses composantes végétales, privilégiant les buissonnements et les essences introduites en Europe au XVIIIe siècle, comme le tulipier de Virginie. Cette nouvelle campagne d’adoption marquera le début de la restauration végétale du bosquet avec la replantation de tulipiers dans le carré central de la composition, permettant ainsi de rendre au jardin transformé pour Marie-Antoinette toute sa richesse et sa diversité d’origine.
 

Un salon de verdure 

Créé en 1776, le bosquet de la Reine est un jardin d’agrément spécialement conçu pour Marie-Antoinette, afin que la reine puisse disposer d’un lieu de promenade à l’écart des visiteurs. Situé dans le prolongement du parterre de l’Orangerie, à l’emplacement du Labyrinthe, créé sous Louis XIV, ce bosquet et sa composition répondent aux nouveaux styles de jardins au XVIIIe siècle. 
Dans ce jardin de fleurs, des essences nord-américaines introduites en France au XVIIIe siècle sont privilégiées, comme le tulipier de Virginie ou l’arbre à neige. 
Au sein du bosquet, les tulipiers ont été disposés suivant une trame régulière dans la salle centrale. Les boisements périphériques étaient composés d’arbres et d’arbustes d’essences variées, aux floraisons diversifiées et échelonnées. Quatre allées d’accès offraient une promenade ombragée et fleurie, tandis que les petites allées sinueuses menaient à des salles de verdure agrémentées de bancs en bois. 
Le bosquet de la Reine s’est altéré progressivement au cours des XIXe et XXe siècles. Ses allées aux frondaisons généreuses ont laissé place à des cheminements banalisés et la diversité botanique a disparu au profit de buissonnements plus uniformes. 

 

Retrouver la richesse végétale du bosquet

La renaissance du bosquet de la Reine aujourd’hui entreprise permettra de retrouver la richesse végétale et la diversité botanique conçues pour Marie-Antoinette. 

Dans un premier temps, le carré central sera replanté de tulipiers de Virginie grâce à la campagne d’adoption. 
Les allées d’accès seront ensuite replantées d’arbres et d’arbustes à fleurs (génévriers du Canada, cerisiers de Virginie...). 

À l’occasion des 20 ans de la tempête de 1999, cette campagne d’adoption ouverte au plus grand nombre, permettra au château de Versailles de poursuivre sa politique de restauration et de valorisation des jardins, véritable pendant végétal à la résidence royale. 


 

Le tulipier de Virginie

Arbre favori de la reine Marie-Antoinette, le tulipier de Virginie (Liriodendron tulipifera) est originaire du sud et de l’est des États-Unis. C’est à Trianon que les premières graines de tulipier de Virginie, ramenées en 1732, furent mises en culture pour être ensuite répandues dans les jardins de Versailles. 
Cet arbre majestueux peut vivre jusqu’à 500 ans et s’élève généralement entre 30 et 40 mètres.
Sa particularité réside dans ses fleurs en forme de tulipe ainsi que dans ses larges feuilles, qui se teintent de roux et d’or à l’automne. 

 

Comment participer à la renaissance du bosquet de la reine ? 

En adoptant un tulipier de Virginie ou en faisant un geste de mécénat en faveur de la restauration végétale du bosquet de la Reine. 
Coût de l’adoption pour un tulipier  : 1500€
Réduction d’impôt de 66% du montant du don pour un particulier et de 60% pour une entreprise. 
Informations et renseignements : www.chateauversailles.fr/soutenir-versailles