COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Un train « Versailles » presenté en gare de Versailles Château – rive Gauche 
Le 21 septembre 2016

Faire rimer culture et confort

Devant le succès rencontré depuis 4 ans auprès des voyageurs par les 5 rames aux décors du château de Versailles, SNCF Transilien, le STIF et l’Etablissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, ont réédité une nouvelle version de ces rames. Elles circulent sur la ligne du RER C depuis fin mai.

L’une d’entre elles sera installée quai 1 de la gare Versailles Château – Rive Gauche, le mardi 21 septembre de 13 h à 16 h,  pour permettre aux Versaillais, mais pas seulement, de la découvrir dans des conditions privilégiées. Un plaisir offert à ceux qui ne le connaissent pas encore, soit parce qu’ils ne prennent pas le train ou parce qu’ils n’ont pas encore eu la chance de le croiser lors de leurs trajets quotidiens.

Un travail minitieux

Les décors choisis pour cette deuxième édition sont des évocations de la richesse du domaine de Versailles. Les décors sont adaptés à la configuration du train, et de manière générale allégés pour s’accorder au nouveau design intérieur, coloré et lumineux. Ils offrent de nouvelles perspectives dans la rame.

La modernisation et le pelliculage de ces cinq rames avec un film plastique de haute technicité, sont réalisés par le technicentre industriel SNCF de Saint-Pierre-des-Corps.

La pose de ce pelliculage, très spécifique, demande une extrême précision. C’est un véritable puzzle de 941 visuels par rame, sur laquelle chaque morceau doit trouver sa place et se coordonner.

Les agents à la manœuvre pour la pose du pelliculage ont reçu une formation spécifique, permettant de répondre à l’exigence de minutie que requière cette mission. Le pelliculage de la rame a  mobilisé 10 agents à plein temps (1 ingénieur, 1 manageur et responsable qualité, 8 agents de production).

Focus sur les décors choisis

Les jardins du château
Les jardins du château sont davantage valorisés que dans la première version du décor, et le célèbre bassin de Latone, inauguré en mai 2015 après 2 années de restauration, vient notamment sublimer l’un des compartiments du train.

Le bassin de Latone
Grâce au mécénat de la Fondation Philantropia, le Bassin et les parterres de Latone, chefs-d’œuvre des jardins de Versailles ont pu renaître en mai 2015. Cette restauration exceptionnelle a  fait appel à une remarquable synergie de savoir-faire.
Créé par Le Nôtre en 1665 et embelli par Jules Hardouin-Mansart, le bassin de Latone, situé au centre de la Grande perspective de Le Nôtre, est sans doute l’œuvre la plus célèbre des jardins de Versailles avec ses parterres, ses figures de paysans et d’animaux en plomb doré, ses jets d’eau et le splendide groupe de marbre sculpté qui le couronne.
Le bassin de Latone résulte de la volonté de Louis XIV de créer, au centre de son Jardin, une fontaine qui raconte l’enfance d’Apollon, le dieu soleil qu’il s’est choisi pour emblème. Pour créer cette fontaine, Louis XIV fait transformer un bassin creusé par Louis XIII en y installant progressivement des jeux d’eau et des décors sculptés par les frères Marsy.  Entre  1687 et 1689, Jules Hardouin-Mansart crée le bassin dans sa forme actuelle, en faisant faire un demi-tour à la statue de Latone (la plaçant ainsi face à la perspective) et en la hissant au sommet d’une pyramide de marbre.
Par ailleurs, le bassin de Latone est le cœur du système hydraulique des jardins de Versailles. Il joue un rôle clef pour les fontaines, faisant le lien entre les bassins supérieurs situés sur les terrasses (parterre d’Eau et Combats des animaux) et les bassins situés en contrebas (bassins du Char d’Apollon, de Bacchus, du Miroir et des Dames romaines, fontaines des bosquets du Dauphin, de la Girandole, de l’Obélisque et de la Colonnade). Toutes les fontaines dépendent ainsi totalement du bassin de Latone pour leur alimentation en eau.

Mais pas que…
On y retrouve également des lieux incontournables tels que la galerie des Glaces et la galerie des Batailles, mais aussi des décors plus intimes et moins connus, comme la chambre de la Reine au Petit Trianon, le Temple de l’Amour et le Belvédère du Domaine de Marie-Antoinette, le péristyle du Grand Trianon ou la bibliothèque de Louis XVI.
Les trompe-l’œil embellissent des trains entièrement refaits à neuf dont la décoration intérieure avait été choisie par les Franciliens en 2009, au cours d’un vote organisé à l’occasion des 30 ans de la ligne C.

Un partenariat fort en bénéfice des touristes et des franciliens

Ces 5 trains  traverseront tous les jours 36 gares du RER C et 5 départements (Paris, Hauts-de-Seine, Val-de-Marne, Essonne, Yvelines). Le RER C est la ligne la plus touristique du réseau SNCF Transilien, avec de nombreux sites majeurs du patrimoine parisien et francilien desservis et 50 000 touristes par jour, soit 10% de la clientèle de la totalité de la ligne.

Pour SNCF Transilien, cette opération vise à rendre plus agréables les conditions de déplacement des voyageurs, qu’ils soient touristes ou utilisateurs quotidiens  de la ligne C pour aller étudier ou travailler. Il s’agit également pour SNCF Transilien de souligner l’intérêt du train pour les déplacements de loisir en Île-de-France et de valoriser ses atouts en termes de praticité, de respect de l’environnement, de convivialité et de valeur économique.

Pour l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, ce partenariat vise à promouvoir d’une façon originale la destination Versailles, tant vis-à-vis du public francilien potentiel que du public touristique. Ce « Versailles à bord » sera pour le voyageur un moyen de s’évader soit un avant-goût ou un prolongement de la visite du Château pour les touristes.

Le château de Versailles a reçu en 2015 plus de 7,43 millions de visiteurs (plus de 10 millions pour le Grand Parc). Ce public est majoritairement étranger pour la visite des châteaux de Versailles et de Trianon (80%) et à l’inverse majoritairement francilien (80%) pour celle des jardins.