COMMUNIQUÉ DE PRESSE


De Versailles à La Motte Tilly
L’abbé Terray, ministre de Louis XV

du 29 mai au 20 septembre - Château de La Motte Tilly

Après « Sacres Royaux, de Louis XIII à Charles X » au palais du Tau à Reims et « Le salon de George Sand » à Nohant, en 2014, la troisième exposition du partenariat entre le Centre des monuments nationaux et le château de Versailles se tiendra au château de La Motte Tilly (Aube) du 29 mai au 20 septembre 2015.

Cette nouvelle exposition conjointe est consacrée à l’abbé Joseph Marie Terray (1715-1778), ministre des finances de Louis XV, à l’occasion du tricentenaire de sa naissance.

L’abbé Terray et La Motte Tilly

Joseph Marie Terray bénéficie, à ses début, de l’héritage financier de son oncle, premier médecin de la princesse Palatine, belle-sœur de Louis XIV. Nommé abbé de Notre-Dame de Molesme, au diocèse de Langres, en octobre 1764, il devient, le 23 décembre 1769, contrôleur général des Finances de Louis XV. Après le renvoi du duc de Choiseul en 1770, il est l’un des hommes forts du ministère dit du Triumvirat. Incarnation de l’ascension sociale du XVIIIe siècle, talentueux réformateur, grand homme de l’histoire économique et politique du règne de Louis XV, l’abbé Terray, malgré l’appui constant de Madame de Pompadour puis de Madame Du Barry, est très impopulaire. Il mène en effet une politique financière, certes efficace et progressiste, mais aussi brutale et autoritaire. Le ministre occupe finalement la prestigieuse charge de directeur des Bâtiments du Roi en août 1773. Mais, un an plus tard, il démissionne avec l’avènement de Louis XVI et se retire à La Motte Tilly, tout en rêvant secrètement d’être rappelé au gouvernement.

Son domaine de La Motte Tilly, parfait exemple de l’architecture du XVIIIe siècle, est sa résidence de 1748 à son décès en 1778. La demeure et son parc, comprenant aujourd’hui près de 1080 hectares, témoignent d’un certain art de vivre au Siècle des Lumières. L’actuel château, élevé à partir de 1755, est l’œuvre de l’architecte parisien François-Nicolas Lancret (1717-1789), le neveu du célèbre peintre de scènes galantes, Nicolas Lancret. L’implication de l’abbé Terray dans les différents chantiers de sa demeure de plaisance s’amplifie à mesure que sa carrière politique prend de l’importance.

L’exposition

Présentée dans les anciens appartements du ministre, l’exposition « De Versailles à La Motte Tilly. L’abbé Terray, ministre de Louis XV » retrace l’ascension et la vie du maître des lieux, personnage historique parmi les plus influents de la fin du règne de Louis XV mais aussi parmi les plus controversés du XVIIIe siècle. Réunis pour la première fois, des documents d’archives, des objets d’art précieux, des dessins et des tableaux contribuent également à mettre en lumière le domaine de La Motte Tilly, chef-d’œuvre architectural trop longtemps ignoré. L’exposition est enfin l’occasion unique de présenter un somptueux portrait conservé dans les collections versaillaises : l’effigie officielle du ministre tout puissant peinte par Alexandre Roslin à la demande de Terray en 1773. Ce dernier y est figuré au sommet de sa gloire.

L’exposition est rendue possible grâce au prêt d’œuvres des collections du musée national de Versailles et de Trianon, ainsi qu’aux concours généreux du musée du Louvre, de l’abbaye de Chaalis, de la Bibliothèque nationale de France, de la Bibliothèque municipale de Versailles, des Archives nationales, des Archives départementales de l’Aube et de plusieurs collections particulières.

Ce parcours historique est conçu par Gwenola Firmin, conservateur, en charge des peintures du XVIIIe siècle au château de Versailles, assistée de Vincent Bastien, docteur en Histoire de l’art, chargé de mission.

Le partenariat entre le CMN et le château de Versailles

Le partenariat établie en 2013 entre le CMN et le château de Versailles instaure un dialogue entre des collections trop souvent méconnues et des hauts lieux du patrimoine national. Des expositions temporaires conjointes permettent aux deux institutions d’unir leurs ressources afin de donner au plus grand nombre la possibilité de découvrir ou de redécouvrir quelques pages de l’Histoire de France.

En 2014, les expositions « Sacres royaux, de Louis XIII à Charles X » au palais du Tau à Reims et « Le salon de George Sand » au domaine de Nohant ont attiré au total près de 76 000 visiteurs.