COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Le Salon de George Sand

2 juillet - 26 octobre 2014

À l’initiative de Catherine Pégard, Présidente du château de Versailles et de Philippe Bélaval, Président du Centre des monuments nationaux, Versailles et la Maison de George Sand à Nohant ont travaillé à un projet commun : faire revivre aux visiteurs l’atmosphère créative qui régnait dans le salon de cette illustre femme.

La demeure accueille ainsi jusqu’en octobre une dizaine de portraits d’artistes et d’écrivains chers à l’auteur, issus des collections de peintures du XIXe siècle à dominante politique du château de Versailles. Ces œuvres, exposées dans la salle à manger de la maison, permettent aux visiteurs d’être au plus proche de l’esprit de ces lieux, lorsqu’ils accueillaient les amis de George Sand.

Ce fut à Paris qu’Aurore Dupin, épouse Dudevant (1804-1876) s’est d’abord fait connaître sous le nom de George Sand au début des années 1830, en publiant Indiana puis Valentine. Mais le retour presque annuel à Nohant fut très vite envisagé comme une nécessité, un retour aux sources et au milieu naturel. Dans l’Histoire de ma vie, elle présente « cette terre de Nohant où j’ai été élevée, où j’ai passé presque toute ma vie et où je souhaiterais pouvoir mourir. […] Le château si château il y a (car ce n’est qu’une médiocre maison du temps de Louis XVI), touche au hameau et se pose au bord de la place champêtre sans plus de fastes qu’une habitation villageoise ». Elle appréciait le charme de la nature et les promenades tout autant que les souvenirs doux et cruels de sa famille, qui remplissaient les lieux d’émotions profondes.

Le visiteur va aujourd’hui presque en pèlerinage dans les maisons d’écrivains et d’artistes. Les décors et les objets conservés à Nohant permettent  de comprendre la personnalité de George Sand et son mode de vie. Pendant plus de trente ans, l’auteur y réunit artistes et écrivains parmi les plus célèbres de son temps. Les hôtes de Nohant, dont Versailles conserve les portraits, Frédéric Chopin, Eugène Delacroix, Auguste Clésinger, Théophile Gautier, Alexandre Dumas père et Alexandre Dumas fils, Gustave Flaubert, Juliette Adam, sont venus à différentes époques. Ils ont entretenu avec George Sand des passions orageuses, mais aussi des amitiés fidèles ; ils ont éprouvé une grande admiration pour son talent. Sa générosité leur a permis de composer, de dessiner et d’écrire, alors que dans le même temps, aucun autre écrivain n’a été aussi calomnié et haï, surtout par ceux qu’elle n’a jamais rencontrés.