COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Fêtes et divertissements à la cour
29 novembre 2016 - 26 mars 2017

Salles d'Afrique et de Crimée

En monarque politique, le roi Louis XIV a su porter au faîte de sa magnificence le « grand divertissement » faisant de Versailles un lieu de fêtes et de spectacles pour toujours plus de grandeur, d’extraordinaire et de fantastique. En fin psychologue, il a compris que « cette société de plaisirs, qui donne aux personnes de la cour une honnête familiarité avec (le souverain), les touche et les charme plus qu’on ne peut dire » (Louis XIV, Mémoires pour l’instruction du Dauphin, 1661) est nécessaire au cadre politique qu’il a instauré. Il faut, pour l’ordinaire de la vie de cour, de nombreux divertissements. Il faut, pour l’extraordinaire des événements royaux, étonner et émerveiller la cour, le royaume, l’Europe. Chacun de ses successeurs, en fonction de ses goûts et de l’évolution de la mode, maintient cette tradition de faste et de création dans le domaine du divertissement.

L’exposition présentera les infinies variétés et ingéniosités des divertissements proposés à la cour, qu’ils soient offerts par le roi ou qu’ils soient pratiqués par elle. Ce sont, d’abord, toutes les formes de spectacles publics, comédies, opéras, concerts, feux et illuminations, mais aussi les représentations privées quand seigneurs et dames de cour deviennent eux-mêmes acteurs ou musiciens. Ce sont les innombrables jeux d’argent qui apportent la fortune ou la ruine. Ce sont les exercices du corps, où il faut briller : la chasse, la danse des bals et des mascarades, le mail et la paume.

Parcourant trois règnes, de Louis XIV à la Révolution, le propos de l’exposition ne prétend pas à l’exhaustivité, mais privilégie le ressenti qui était celui du courtisan. Ainsi, si les costumes, peintures, objets, et documents graphiques, provenant de collections publiques et privées, françaises et étrangères, traduisent la diversité des divertissements et le raffinement qui les entoure, ce foisonnement est soutenu par de grands visuels, des images 3D et des mises en scène immersives invitant les visiteurs à redécouvrir l’atmosphère des lieux, parfois disparus, et à mieux s’imaginer être reçus à la cour. 

L’exposition bénéficie du mécénat de Saint Gobain, et de la participation de la société des amis de Versailles, de Samsung, et d’ Epson. 

Commissariat

Béatrix Saule
Directeur-conservateur général du musée national des châteaux de Versailles et de Trianon

Élisabeth Caude
Conservateur général au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon

Jérôme de La Gorce
Historien de l’art et musicologue. Directeur de recherche au CNRS

Scénographie

Patrick Hourcade
Photographe et designer

Horaires

Tous les jours, sauf le lundi et les 25 décembre et 1er janvier, de 9h à 17h30.