Communiqué de presse


Restauration de  la Chapelle royale
 

Point d'étape après 18 mois de travaux. 

Plus de quarante ans après sa dernière restauration, la Chapelle royale nécessitait une intervention urgente sur la couverture, les parements, la statuaire et les vitraux. Cette opération de restauration patrimoniale majeure est rendue possible aujourd’hui grâce à l’engagement de ses mécènes : la Fondation Philanthropia, mécène principal de la restauration, rejoint par Saint-Gobain, Dior et JCDecaux.  


Une grande entreprise de restauration dans le respect des traditions

Après avoir traversé les siècles avec quelques rénovations mineures, la Chapelle royale avait besoin d’une restauration générale. Le toit et ses parements, la statuaire, les vitraux et la charpente nécessitaient une remise en valeur globale à même de conserver son harmonie si spécifique et ainsi sauvegarder le bâtiment. 
Cette entreprise considérable fait intervenir une multitude de corps de métiers et d'expertises essentiels à la conservation du patrimoine. Maîtres couvreurs, maîtres charpentiers, tailleurs de pierre, sculpteurs, maîtres verriers, vitriers, doreurs, serruriers, etc. : ils sont les mains de cette première rénovation d'ampleur de la Chapelle royale qui place au cœur du chantier les savoir-faire des métiers d'art. 

Débutés en mars 2018, les travaux de restauration sont prévus jusqu'à fin 2020. 


Une charpente exceptionnelle

Partie invisible à l'œil des visiteurs, la charpente de la Chapelle royale est pourtant un élément exceptionnel du monument. La complexité de sa conception et son assemblage composé d'éléments massifs taillés dans du bois de chêne est une œuvre en elle-même. Si la structure d'ensemble était dans un état relativement correct, les travaux ont été plus importants que prévu en raison de dégradations découvertes lors du démontage des parties basses de la charpente. D'importants travaux de soulèvements ont été réalisés pour remplacer les éléments dégradés. 

Parallèlement, la restauration des ornements de la couverture en plomb est bien engagée. Ils sont actuellement travaillés en atelier, avant d'être remis en dorure afin de redonner à l'édifice son aspect original.  
 

Des vitraux de la manufacture royale des glaces

Véritable particularité dans l’architecture générale du bâtiment, les fenêtres sont élancées et lumineuses à l’image de l’aspect intérieur et extérieur de la Chapelle royale. Une telle impression n’est possible que grâce à ces ouvertures constituées de glace (c’est-à-dire un verre épais, transparent, parfait sur le plan optique) qui laisse entrer la lumière à flots. C’était à l’époque un véritable luxe. En 1665, Louis XIV crée la Manufacture royale des glaces (devenue Saint-Gobain), qui fournira les miroirs de la galerie des Glaces et la glace des vitraux de la Chapelle royale. Avec ce chantier, Saint-Gobain renoue avec son passé. La menuiserie métallique qui fait tenir les glaces et les vitraux entre eux a nécessité un démontage complet. L'application de la dorure extérieure pour les baies de l'attique, les travaux de serrurerie et de restauration des vitraux se poursuivent sur les grandes baies des tribunes. Pour toutes ces baies, des analyses poussées ont été effectuées sur les glaces afin de mieux distinguer les verres d'origine et ceux provenant des dernières restaurations. Ces analyses sont une aide précieuse pour les travaux et apportent également une meilleure connaissance de cet ensemble vitré exceptionnel. 
 

virtuosité du décor sculpté 

La qualité du décor sculpté de la Chapelle royale est sans conteste une part essentielle de la spécificité de cet édifice. Des gargouilles aux torchères, des chapiteaux de pilastres aux têtes de chérubins des fenêtres et des 46 baies encadrant ces ouvertures, ce sont pas moins de 140 éléments sculptés doivent être retravaillés en atelier ou in situ. La restauration des bas-reliefs au-dessus des fenêtres est également en cours. Il s'agit d'un travail important tant par l'ampleur de la tâche à accomplir que par la qualité des œuvres à restaurer. 
Réalisées par les principaux artistes de l'époque, les grandes sculptures monumentales présentes sur la balustrade et le fronton central de la façade ouest du bâtiment nécessitent également une restauration. Une campagne d'adoption des statues est ouverte aux particuliers ce qui permetra de financer cette part essentielle du chantier. 
 

Une fédération de mécènes

Le partenariat entre le château de Versailles et la Fondation Philanthropia pour la restauration extérieure de la Chapelle royale s’inscrit pleinement dans l’engagement de la fondation en faveur de la préservation du patrimoine et de la transmission des savoir-faire des métiers d’art. Dès 2016 et l’annonce de son engagement en tant que mécène principal, la Fondation Philanthropia a souhaité que d’autres partenaires puissent prendre part au projet. C’est ainsi que l’entreprise Saint-Gobain, dont l’histoire est intimement liée au château de Versailles, a décidé en 2018 de soutenir cette opération d’envergure. 
La maison Dior s’est tout naturellement associée à cette restauration qui perpétue et enrichit plus encore les liens précieux l’unissant, depuis sa création, au château de Versailles.  
Enfin, JCDecaux, dans le cadre d'un mécénat de compétences, a apporté son savoir-faire pour la mise en place de la toile monumentale décorative masquant le chantier et son éclairage. 

Le château de Versailles et la Fondation Philanthropia souhaitent continuer de fédérer d'autres mécènes, qu'ils soient de grandes, moyennes ou petites entreprises et des particuliers afin de parachever le chantier de grande ampleur.